Taylor Phinney critique les méthodes de certains coureurs : « L’abus d’antidouleurs et des injections de cortisone »

Taylor Phinney – Hoebele, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons

Dans le podcast Thereabouts, l’ancien coureur professionnel Taylor Phinney est revenu sur l’utilisation d’analgésiques dans le peloton. D’après l’Américain, de nombreux cachets étaient avalés par les coureurs et des injections de cortisone étaient également régulièrement administrées.

« Quand j’ai commencé à courir, l’époque de l’EPO et du dopage sanguin était derrière nous, mais beaucoup d’analgésiques étaient encore utilisés dans le sport. Je ne sais pas si c’est complètement parti maintenant. Mais dans mes premières années, il était assez courant de prendre quelques pilules de Tramadol en fin de course.

C’est fondamentalement la même chose que deux Vicodin avec beaucoup de caféine et peut-être parfois du Sudafed. C’est une bombe. Si j’en prenais un maintenant, il m’enverrait directement sur la lune. Je n’ai jamais été ouvert à ça, on me l’a proposé, mais je me suis dit, je ne pense pas avoir besoin d’analgésique aujourd’hui pour terminer une course. »

« L’abus d’antidouleurs, particulièrement dans les classiques, tellement de gars le faisaient »

Après s’être cassé la jambe en 2014, Phinney a également reçu des injections de cortisone. « L’abus d’antidouleurs, particulièrement dans les classiques, tellement de gars le faisaient. Je trouvais cela ridicule donc j’en ai un peu parlé dans des interviews, comme j’ai parlé du fait qu’il y avait une bonne quantité d’injections de cortisone prévues pour certains coureurs qui participaient à certaines courses.

Normalement, vous ne devez pas en avoir besoin. Si c’est le cas, vous devriez être absent pendant un certain temps. Et ne pas faire genre ‘je viens de recevoir une injection de cortisone et dire maintenant, je suis prêt à gagner le Tour des Flandres’. J’ai reçu une injection de cortisone une fois quand j’ai eu la jambe cassée. je volais littéralement alors que la moitié de ma jambe ne fonctionnait pas… C’est à ce moment que j’ai compris l’intérêt des coureurs d’utiliser ces produits. J’en ai parlé et j’ai reçu pas mal de réactions négatives de la part de ma direction. »

« Vous vous trouvez dans une position où les gens peuvent vous faire dire n’importe quoi et vous punir pour ne pas avoir obéi aux règles »

« Clairement, en tant que jeune américain, en jeune homme confiant que j’étais, je pensais pouvoir dire ce que je voulais à ce sujet parce qu’à mes yeux, c’est mal. Mais une fois que vous êtes à l’intérieur de la machine et que vous commencez à parler de choses qui ne vont pas, et que ces choses sont liées à votre salaire… Vous vous trouvez dans une position où les gens peuvent vous faire dire n’importe quoi et vous punir pour ne pas avoir obéi aux règles. Tu réalises alors que tu n’es pas le héros de cette histoire.

J’ai vraiment eu du mal au cours de mes deux premières années. Juste avec le sentiment que je ne pouvais pas m’exprimer. Ou que je n’ai pas été félicité comme je pensais devoir l’être pour avoir parlé honnêtement de choses que je pensais être mauvaises au sein du groupe réel du peloton ou de la direction elle-même. En dehors de cyclisme, les gens m’ont permis de m’exprimer, mais au sein de la planète cyclisme, il y a beaucoup de ‘c’est notre secret, notre monde' »

Vous aimez Videosdecyclisme.fr ? Soutenez-le en faisant un don



Soyez le premier à commenter

Commenter

Votre e-mail ne sera pas publié.


*