Pas d’oreillettes sur les prochains Mondiaux malgré les erreurs dans la communication des écarts

A l’issue de la course en ligne masculine des championnats du monde, qui s’est courue sans oreillettes, plusieurs coureurs – dont Wout van Aert – se sont plaints de ne pas avoir été informés des écarts pendant la course et de ne pas savoir où ils en étaient. L’UCI a reconnu avoir commis des erreurs pendant ces championnats mais les oreillettes ne devraient pas faire leur retour sur les Mondiaux dans les prochaines années.

« Le fonctionnement de l’ardoisier n’était pas bon du tout en Australie, a déclaré Peter Van den Abeele, directeur du sport à l’Union Cycliste Internationale, à Sporza. Ce qui s’est passé maintenant est aussi une expérience d’apprentissage pour nous. Vous devez faire une évaluation après chaque course et éventuellement ajuster les choses à la prochaine course.

Le fonctionnement de l’ardoisier n’était pas bon du tout. C’est pourquoi nous avons déjà pris la décision au sein de l’UCI de recruter des personnes expérimentées pour les prochains Championnats du monde. Nous pourrions demander aux gens, par exemple, du Tour, du Giro ou du Tour des Flandres et ne plus le sous-traiter à des organisations ou fédérations locales. Nous voulons tout prendre en main pour éviter de telles choses.

Nous pourrions également augmenter la communication en utilisant des panneaux électroniques dans les zones de ravitaillement, sur lesquels les coureurs peuvent voir qui est où dans la course. D’ailleurs, cela se fait déjà sous l’arche d’arrivée, où la différence entre le leader et les coureurs est indiquée. »

Pas d’oreillettes sur les prochains Mondiaux

Malgré ces erreurs, il ne devrait toujours pas y avoir d’oreillettes lors des prochains championnats du monde :

« Le président actuel, David Lappartient, n’est pas non plus favorable à un retour en arrière, donc peu de choses changeront à court terme. Courir sans oreillettes, cela devrait rendre la course plus attractive. Vous créez plus de chaos – dans le sens sain de ce mot. S’il n’y a pas d’oreilles, un coureur doit se fier davantage à ses impulsions et est moins guidé par les instructions de la voiture d’assistance.

En revanche, la sécurité du coureur ne doit pas en pâtir. Lors des championnats du monde ou des Jeux olympiques, où nous roulons principalement sur un circuit fermé, cette sécurité est plus facile à vérifier. Tant que les compétitions se déroulent en circuit fermé, c’est acceptable car les risques pour la sécurité sont moindres. En circuit ouvert c’est complètement différent, là on est en faveur des oreillettes pour la sécurité. »

Vous aimez Videosdecyclisme.fr ? Soutenez-le en faisant un don



Soyez le premier à commenter

Commenter

Votre e-mail ne sera pas publié.


*