Oliver Naesen : « Gijs Van Hoecke est peut-être le plus fort de l’équipe »

A l’occasion d’une interview avec Cyclingnews, Oliver Naesen (AG2R Citröen Team) est revenu sur ses nouveaux coéquipiers pour la saison 2021. Il a notamment évoqué le nom de Gijs Van Hoecke, qui est selon lui et selon ses données de puissance le meilleur coureur de l’équipe :

« Vous voulez voir le test FTP le plus dingue de la planète ? Gijs est votre gars. C’est aussi notre copain d’entraînement, et aussi mon colocataire ici, et nous parlons souvent de sa force. Vous devriez en fait parler à l’un de nos entraîneurs, ou à ses anciennes équipes.

Nous lui disons toujours « Wow, donne-moi tes jambes pour une journée et je gagnerais tout. » Mais il ne l’a pas encore montré dans la course. Il a du travail à faire au niveau de la psychologie et de la confiance en lui, je pense. Ça ne devrait pas être une question de positionnement, car il était champion du monde sur piste à 19 ans, donc en termes de maniement du vélo, il peut tout faire avec un vélo. Je ne sais pas. Je pense que c’est une peur de l’échec, tu sais ? Je suis vraiment curieux de voir comment nous pouvons l’aider.

Physiquement, cependant, il est là. Sur le papier, il est peut-être même le plus fort de nous tous. Ses chiffres sont incroyables. Nous avons fait un test de trois minutes cette semaine, et il avait environ 100 watts de plus que moi. J’étais sous le choc, c’était juste hors normes. Je crois honnêtement que c’est le bon coureur, qui, si nous parvenons à débloquer quelque chose dans sa tête et lui apprenons à se dépasser et à vraiment se faire mal en course, alors je pense que nous pourrions voir que c’est un des meilleurs. »

« La Lotto Soudal ne s’est pas battue pour retenir Stan Dewulf, c’est époustouflant »

Selon lui, la nouvelle recrue Stan Dewulf est également un coureur d’avenir pour les classiques. Il est d’ailleurs surpris que la Lotto Soudal ne se soit pas battue pour le conserver :

« L’année dernière, l’équipe m’a demandé : ‘Oli, connais-tu des gars qui sont sans contrat l’année prochaine et qui sont prometteurs pour les classiques ?’. Et le prénom auquel j’ai pensé était Stan Dewulf.

Je le connais un peu, il ne vit pas trop loin de chez moi. C’est un gars très intelligent, qui étudie toujours à l’université. Il a remporté Paris-Roubaix en Espoirs en 2018 et si vous regardez ses résultats en tant que néo-pro… Dans le Paterberg, qui joue souvent comme contrôle de qualité – ce sont toujours des coureurs avec un avenir dans les classiques qui sont toujours là -, je me souviens avoir vu ce néo-pro là-bas et je me suis dit « Wow, c’est assez prometteur ». Il est également bon sur les terrains plus vallonnés. L’année dernière, sur Liège, la Flèche brabançonne et la Vuelta, j’ai vu qu’il attaquait et réduisait les écarts tout le temps.

J’avais le sentiment qu’il pourrait être le prochain bon Belge pour la Lotto Soudal, et je savais qu’ils seraient très désireux de le retenir. J’ai dit à l’équipe : ‘Je pense que Stan est heureux chez Lotto, mais nous devrions au moins l’essayer.’ Alors je lui ai téléphoné et il a dit: ‘Merci, c’est très flatteur, mais je suis heureux chez Lotto’. Mais ensuite, comme vous le savez, Lotto a eu tous ces problèmes financiers l’année dernière, et ils ne se sont pas vraiment battus pour le retenir, ce qui est époustouflant. »

« Greg Van Avermaet est mon exemple depuis le premier jour »

Cette année, il courra aux côtés de Greg Van Avermaet, qui s’entraîne souvent avec lui :

« Greg est mon exemple depuis le premier jour. Nous sommes des amis proches et nous nous entraînons dans le même groupe depuis que je suis devenu professionnel. Souvent, au début de l’hiver, on peut sortir avec 20 coureurs mais quand il est vraiment temps de commencer l’entraînement, il n’en reste plus que deux ou trois, et c’était très souvent juste lui et moi. C’est là que nous nous sommes vraiment liés.

Il était déjà au top niveau quand j’ai commencé, puis je suis devenu de plus en plus autour dans les arrivées. Il a essayé de me faire venir chez BMC en 2016, mais [le manager] Jim Ochowicz ne le voulait pas. C’était toujours un rêve d’être dans une équipe ensemble, mais après cela, c’était un peu irréaliste, car nous visions tous les deux les mêmes choses. Mais maintenant, au fil des années, nous savons tous les deux où nous en sommes dans la hiérarchie du cyclisme international. J’ai réalisé que j’avais besoin de lui et je pense qu’il a réalisé qu’il avait besoin de moi – ou de quelqu’un comme moi.

Ni Greg ni moi ne sommes les plus grands favoris, nous devrons donc faire quelque chose de spécial pour gagner une grande Classique, et la seule façon de le faire est de s’utiliser les uns les autres. Je ne veux probablement pas sprinter contre Wout Van Aert ou Mathieu van der Poel. Pour échapper à ces gars qui sont un peu plus forts et beaucoup plus rapides, il faut être seul ou en petit groupe, et pour avoir la chance d’être seul, vous avez besoin d’un coéquipier derrière. C’est l’importance du collectif. C’est ce que QuickStep a prouvé années après années avec différents coureurs, et c’est un peu ce que nous espérons. Cela m’oblige également – en ce moment même – à être au top de ma forme. Je dois à nouveau me battre pour mon poste, ce qui est génial.

Je ne peux pas imaginer être déçu si j’ai un coéquipier sur le podium. Nous avons déjà fait quelques courses ensemble pour la Belgique et nous avons une communication très ouverte. Cela ne me dérangerait pas de lui dire si je me sens mal, et cela ne le dérangerait pas de me dire qu’il passe une bonne journée et de me demander une pleine dévotion. Et vice versa. L’honnêteté est le plus important pour aller loin. »

Vous aimez Videosdecyclisme.fr ? Soutenez-le en faisant un don



Soyez le premier à commenter

Commenter

Votre e-mail ne sera pas publié.


*


5 + 3 =