Wout van Aert pourrait-il être suspendu par l’UCI ?

Condamné à payer 660 000 euros à son ancienne équipe Veranda’s Willems-Crelan pour avoir rompu son contrat en septembre 2018, Wout van Aert (Jumbo – Visma) pourrait également être sanctionné par l’UCI. Le coureur belge risque une suspension.

Retour sur l’affaire

Le coureur belge, qui avait 24 ans à l’époque, avait rompu son contrat avec cette équipe suite à un « grave incident » alors qu’il était engagé jusqu’à fin 2019. « Il y a eu la semaine dernière un grave incident, suite auquel une collaboration était devenue impossible. Si ces raisons sont acceptées, l’affaire est close. Sinon c’est le tribunal du travail qui en débattra. » avait déclaré son avocat.

Toutefois, Sniper Cycling, la société gérant l’équipe cycliste Veranda’s Willems-Crelan, n’avait pas accepté cette rupture unilatérale du contrat. Le manager général Nick Nuyens estimait que le départ de Van Aert avait fait perdre de nombreux sponsors à son équipe et lui réclamait 1 150 000 d’euros en dédommagement.

Le tribunal du travail de Malines avait alors donné raison à Wout van Aert et avait estimé que le coureur avait rompu son contrat dans le respect de la procédure. Van Aert n’avait donc pas eu à payer d’indemnité.

Cependant, Nick Nuyens avait décidé de faire appel contre le jugement rendu. Le tribunal du travail d’Anvers a alors estimé que la rupture du contrat de travail était injustifiée et a jugé que Van Aert devait verser une indemnité de 662 000 euros à son ancien employeur. Le coureur devait également payer les frais de justice.

Suspendu par l’UCI ?

Van Aert a décidé de faire appel de sa condamnation, tout comme Nick Nuyens, qui estime que l’indemnité de plus de 600 000 euros est trop faible. Nuyens a également fait appel à l’UCI pour infliger une amende et une suspension au coureur de 27 ans. En effet, selon le règlement de l’UCI, cette dernière peut infliger des amendes (de 285 à 94 950 euros) et des suspensions (un à quatre mois) pour non-respect de la période de transfert.

« Le règlement UCI ne permet pas à un coureur de changer d’équipe en cours de contrat. Même négocier avec une autre équipe est soumis à des règles. Sinon, n’importe qui peut simplement rompre son contrat sur la base d’une accusation exagérée et ensuite dire : « Je suis libre, je vais ailleurs ». Jusqu’à présent, trois mois après notre première lettre du 13 août, nous n’avons pas reçu de réponse formelle de l’UCI. Je n’ai eu qu’une conversation téléphonique avec le service juridique. J’ai remarqué que l’UCI hésitait à faire quoi que ce soit. J’ai envoyé un courrier à la fédération le 20 octobre, mais l’UCI ne répond pas non plus. Si l’UCI ne fait rien, c’est un scandale.

Et pourquoi ? Ils ne vont rien faire pour protéger le meilleur coureur du moment, et également le gérant de Jumbo – Visma (Richard Plugge). Il dirige l’une des équipes les plus puissantes du moment. L’UCI ne va-t-elle pas appliquer son propre règlement parce qu’un coureur et une équipe sont trop importants ?

Nous avons signalé à l’UCI que cela dépasse la situation de Sniper Cycling. Si l’UCI n’agit pas, la porte est ouverte à tout coureur mécontent qui peut invoquer une fausse urgence et rompre son contrat. Et laissons le tribunal du travail trancher, pendant ce temps le coureur gagne de l’argent avec une autre équipe. Il s’agit de justice. » a déclaré Rudi Desmet, l’avocat de Nick Nuyens.

Une chose est sûre, cette affaire est loin d’être terminée…


Mise à jour 18h14 :

L’UCI a déclaré lors d’une discussion avec le Het Laatste Nieuws qu’elle allait examiner tous les documents qu’elle a reçus avant d’éventuellement engager une procédure disciplinaire : « Nous examinons les documents qui nous ont été fournis. Une procédure disciplinaire sera engagée à condition que les documents soient suffisants pour établir des violations des règles de l’UCI. »

Walter Van Steenbrugge, l’avocat de Wout van Aert n’est quant à lui pas très inquiet. Selon lui, le Belge n’a aucune raison d’être suspendu :

« Nous ne sommes pas vraiment impressionnés par ce qui a été dit ou écrit. Pourquoi l’UCI devrait-elle intervenir ? Nous avons toujours été très transparents.

Tout a été signalé conformément à la réglementation, c’est ainsi qu’a été expliquée la raison de la rupture de contrat. Tout s’est déroulé sans accroc. Il est très clair pour nous que l’intention de Nick Nuyens est d’infliger le plus de dommages sportifs et financiers à Wout van Aert. » a-t-il déclaré à Sporza.

Vous aimez Videosdecyclisme.fr ? Soutenez-le en faisant un don



2 commentaires sur Wout van Aert pourrait-il être suspendu par l’UCI ?

Commenter

Votre e-mail ne sera pas publié.


*