Valkenburg… C’était il y a un an !

La Coupe du monde de cyclo-cross 2013-2014 débutait dimanche 20 octobre avec une première manche à Valkenburg, aux Pays-Bas, à quelques encablures du Cauberg. Les meilleurs arpenteurs de labourés étaient présents pour l’occasion : le champion du monde Sven Nys, Niels Albert, vainqueur de la Coupe du monde l’an passé, Kevin Pauwels, Klaas Vantornout, Lars Van der Haar qui évoluait à domicile et le champion de France Francis Mourey.

Coupe du monde Valkenburg 2013 - parcours

La température est clémente, le circuit relativement sec promet une course rapide. Attention toutefois aux quelques endroits humides et piégeuxs. La plupart des coureurs sont en manches courtes. Le départ peut enfin être donné. Une longue courbe en faux-plat montant fera office de première rampe de lancement.

Lars van der Haar, en habitué des départs ultra-rapides, se fait cette fois prendre à défaut par Kevin Pauwels et Sven Nys, qui entrent en premier dans la prairie. Les coureurs se précèdent aux avant-postes, on retrouve tour à tour Nys, Pauwels, Van der Haar puis Mourey jusqu’à la fin du premier tour. Les Telenet-Fidea (Meeusen et Wellens) sont à l’affût ; par contre, les BKCP – Philipp Walsleben et Niels Albert – sont piégés et vont devoir chasser.

Francis Mourey continue son travail de sape, ce qui ne laisse pas de répit à ses adversaires, qui ne peuvent pas reprendre leur souffle. Fabien Canal, le Français de l’Armée de Terre, est dans le coup derrière les quatre Telenet-Fidea aux alentours de la quinzième place. Lui, le spécialiste du VTT, s’essaye cette année au cyclo-cross de la meilleure des manières. On s’aperçoit au fil des courses que son niveau est excellent.

Mourey se relève quelques secondes pour observer le comportement des autres coureurs, et immédiatement Van der Haar en profite pour prendre la tête. Il est suivi par Nys et Pauwels ; Mourey suit et observe le manège. Soudain, Nys décide de visser méchamment, mais un problème le fait reculer sans raison apparente. Il se place en septième position à la fin du petit groupe, qui semble se détacher.

Fin du second tour et nous retrouvons aux avant-postes, dans l’ordre, Van der Haar désireux de bien faire à domicile, Mourey, Pauwels, Vantornout, Bart Aernouts, Walsleben, revenu de nulle part, et Nys. Les écarts sont pour l’instant infimes entre chaque concurrent.

Dans ce début de troisième tour, la course s’emballe. Van der Haar accélère violemment et prend son envol. Derrière, on réagit à l’instar de Mourey, mais l’écart grandit. Le gamin batave dompte son petit monde, et suite à son accélération, cinq hommes se détachent. Nys disparaît de ce groupe sans qu’on ne comprenne vraiment pourquoi. Pauwels part seul à la poursuite du Néerlandais, au même moment où Albert et Nys font le forcing pour rentrer sur le groupe Mourey. La course est à présent lancée.

Pauwels rentre sur VDH juste avant l’entame du quatrième tour. Il prend immédiatement la tête de la course. La terrible butte qu’il faut passer à pied donne une indication importante sur l’état de forme des coureurs : Lars van der Haar survole l’obstacle, double et distance Pauwels de quelques mètres. Cela n’a aucune incidence. Pauwels revient et assure l’essentiel des relais. À l’arrière, la chasse se partage entre Walsleben et Aernouts. Klaas Vantornout ne passe bien entendu pas un relai, ayant son coéquipier Kevin Pauwels à l’avant. Mourey s’accroche tant bien que mal mais semble ne pas être dans un bon jour. Ce tour se termine sans nouveauté, la course se stabilise avant le rush.

Coupe du monde Valkenburg 2013 - Lars van der Haar

Petit état des lieux à l’approche de la mi-course. Pauwels et le champion des Pays-Bas Van der Haar sont en tête. À 23 secondes, on retrouve Walsleben, le champion d’Allemagne, et Vantornout, le champion de Belgique. À 25 secondes, Tom Meeusen et Niels Albert. Les BKCP ont retourné une situation bien délicate. À 28 secondes, Mourey, notre champion de France, et Nys, en onzième position à la fin de ce groupe, dans le même temps mais en difficulté.

A l’entame du cinquième tour, Van der Haar prend la tête de la course et, sur un coup du sort, Pauwels perd toute chance de victoire : le Belge a déraillé. Il s’énerve et prend tellement de temps à remettre sa chaîne qu’il voit Walsleben revenir sur lui. L’avance qu’il avait est réduit à néant. Cet incident a redistribué les cartes. Derrière, Albert chasse avec Vantornout dans sa roue. Plus loin, Mourey tente de survivre, il s’accroche mais souffre. Nys change de vélo mais n’y arrive toujours pas.

Au passage sur la ligne, Van der Haar est seul sous un ciel illuminé d’un arc-en-ciel. Il reste quatre tours. Ca va être long. Le bras de fer est lancé à environ 25 minutes du terme. Pauwels et Walsleben seront ses adversaires du jour. Vantornout franchit la ligne seul en quatrième position, Niels Albert ayant disparu sur ennui mécanique. Nys a désormais pris la poursuite à son compte. Mourey chute et casse son dérailleur, il continue à pied très énervé, son visage crispé annonce un abandon certain. Il n’y a guère plus que Nys et Vantornout derrière Pauwels et Walsleben.

Walsleben a distancé Pauwels. Nys et Vantornout reviennent à présent sur Pauwels assez facilement. Dans le dévers en descente sur terrain caillouteux, les appuis des crampons sont torturés. La lucidité fait le reste. Vantornout glisse sans chuter puis repart ; il ne rentrera plus. La malchance change de camp, Nys crève de l’avant, ce qui l’élimine de la poursuite. Le poste pour changer de matériel est loin, il continue donc à vélo : il franchit avec sa bécane les descentes, les dévers et autres obstacles sans tomber ; cet homme est un monstre. Pauwels, seul à présent, se sent libéré et se rapproche de Walsleben. On oublierait presque que Van der Haar continue de voler à l’avant. Le Néerlandais est facile d’aisance aujourd’hui. La foule le pousse, il est énorme.

Il reste deux tours maintenant. Pauwels reste à une vingtaine de mètres de Walsleben, il ne souhaite pas rentrer trop vite. Cela met une pression de dingue sur Walsleben. Vantornout est quatrième, Bart Aernouts cinquième et Tom Meeusen sixième. Suivent Sven Nys, qui a récupéré un nouveau vélo, et Thijs van Amerongen. Cette fois, Pauwels décide de lancer l’assaut, il reprend Walsleben et l’allume immédiatement. Le coup de massue est énorme, l’expérience a parlé. Derrière, Nys tente le tout pour le tout pour rentrer sur Meeusen.

Dernier tour. Van der Haar passe sur la ligne avec 21 secondes d’avance sur Pauwels, 27 sur Walsleben et 39 sur Vantornout. Plus loin, on retrouve Aernouts, Meeusen, Nys, Van Amerongen et consorts. Hormis chutes ou ennuis mécaniques, il n’y a plus de suspense pour le classement. En parlant d’ennui mécanique, Nys, pas épargné jusque là, casse son dérailleur et abandonne. Il passe sous les rubalises, prend son vélo sur l’épaule, traverse la foule et se dirige vers son stand. La caméra alterne entre Van der Haar, toujours en course et en route vers un succès de prestige, et Nys, qui erre au milieu des spectateurs, vélo à l’épaule. Les spectateurs connaisseurs l’applaudissent.

Coupe du monde Valkenburg 2013 podium

Van der Haar remporte un magnifique succès, qu’il aura été chercher en costaud à domicile, bien aidé toutefois par les ennuis mécaniques de chacun. Il écrit une belle ligne à son palmarès et montre à tous ses adversaires qu’il est un concurrent de taille. Kevin Pauwels termine deuxième et Philipp Walsleben complète le podium.

C’était Valkenburg 2013… C’était il y a un an.

Vidéo et classements de l’édition 2013

Classements complets

OLLIVIER Loïc

Vous aimez Videosdecyclisme.fr ? Soutenez-le en faisant un don



Soyez le premier à commenter

Commenter

Votre e-mail ne sera pas publié.


*


+ 10 = 15