Sam Bennett : « Le cyclisme est devenu tellement scientifique que j’ai l’impression que je ne fais plus du vélo »

Sam Bennett – Martin Mystère, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons

Aujourd’hui, les nouvelles technologies ont pris une place très importante dans la vie des cyclistes professionnels. Les capteurs de puissance sont notamment utilisés au quotidien et permettent aux cyclistes de respecter à la lettre leur plan d’entraînement, d’évaluer leur forme et leur progression…

Dans une interview de sa nouvelle équipe BORA – hansgrohe, Sam Bennett a reconnu qu’il était devenu obsédé par les données de performance et qu’il était même heureux qu’elles existent :

« Poursuivre les chiffres pourrait être le nom de mon autobiographe. Je ne sais pas, peut-être quelque chose comme ça. Le cyclisme est devenu tellement scientifique maintenant que j’ai l’impression que je ne fais plus du vélo, je ne fais souvent que courir après les chiffres.

Vous commencez à vous entraîner hors saison et bien sûr c’est difficile au début, mais la meilleure motivation est lorsque vous voyez les résultats, lorsque vous voyez les données à l’entraînement, puis vous devenez accro parce que vous pouvez voir la forme s’améliorer et différents aspects de votre forme physique s’améliorer. C’est quelque chose d’encourageant. Je suis toujours à la recherche de chiffres, mais cela rend l’entraînement intéressant. C’est quelque chose que j’apprécie beaucoup. »

« Je me concentre tellement sur le cyclisme et le cyclisme prend tellement de place dans ma vie que j’oublie tous les autres aspects de la vie »

« Je me concentre tellement sur le cyclisme et le cyclisme prend tellement de place dans ma vie que j’oublie tous les autres aspects de la vie. Je suis souvent coincé dans la vieille mentalité de cycliste, et peu importe où je suis j’essaye de ne pas rester debout. Donc, lorsque fois que je ne m’entraîne pas ou que je ne fais pas quelque chose de productif pour le cyclisme, j’essaye de me reposer, mais ce n’est souvent pas la meilleure chose pour me vider la tête, donc je dois essayer de sortir et faire des choses plus normales, je pense. »

« J’ai peur de ne jamais être aussi bon que je le voudrais »

« Vous avez souvent la sensation que vous savez que vous pouvez vous améliorer dans certains domaines et j’ai l’impression que si je n’avais jamais tout donné et si je quittais un domaine de la performance sans faire tout ce que je pouvais pour faire du mieux que je pouvais, je ne me le pardonnerais jamais, parce que je saurais que je n’étais pas la meilleure version de moi-même.

J’ai peur de ne jamais être aussi bon que je le voudrais. Je suis toujours à la poursuite de ces idées et de ces résultats, et parfois ça me semble très loin, et je me sens si je ne les ai pas avant prendre ma retraite peut-être que je ne serai pas satisfait de ma carrière, donc ça me motive et je garde les pieds sur terre, pour que je ne me détende pas trop. »

Vous aimez Videosdecyclisme.fr ? Soutenez-le en faisant un don



Soyez le premier à commenter

Commenter

Votre e-mail ne sera pas publié.


*