Sacha Modolo toujours sans équipe pour 2023 : « Il faudrait un miracle pour trouver une place »

Sacha Modolo pourrait mettre un terme à sa carrière à la fin de l’année. Non conservé au sein de la Bardiani – CSF Faizanè, qu’il avait rejoint en début d’année, le coureur italien de 35 ans n’a toujours pas d’équipe pour 2023. Il craint qu’il soit trop tard pour trouver une formation et qu’il doive ainsi mettre un terme à sa carrière. C’est ce qu’il a déclaré à l’occasion d’une interview avec Tuttobiciweb :

« J’ai encore un peu d’espoir, mais on est fin novembre, les effectifs des différentes équipes sont bouclés et il faudrait un miracle pour trouver une place. Je suis désolé, j’aurais aimé faire une année de plus et tenter de chasser ma 50e victoire professionnelle, mais je suis conscient qu’en ce moment il y a beaucoup de coureurs sans contrat, encore plus jeunes et plus méritants que moi. Je ne suis pas stupide, je sais comment marche à vélo, et si ça n’avait pas été cette année ça aurait probablement été la prochaine, mais je suis désolé de la façon dont je dois partir…

J’étais assez convaincu de rester encore un an avec Bardiani, mais ils m’ont informé qu’ils ne renouvelleraient mon contrat qu’en octobre , après le Tour de Croatie où, entre autres, j’ai plutôt bien couru (il a terminé 2e de la 1ère étape et 5e de la 6e, ndlr). Et je le regrette, car s’ils me l’avaient dit cet été, j’aurais eu l’occasion de planifier la fin de saison. C’est dommage, aussi pour la bonne relation que j’ai avec la famille Reverberi, à qui je serai toujours reconnaissant de m’avoir lancé parmi les professionnels. S’ils me l’avaient dit plus tôt, cependant, je l’aurais davantage apprécié et j’aurais accepté la décision sereinement. »

« Ce n’était pas une belle saison »

Il est également revenu sur sa saison 2022. L’Italien n’est pas parvenu à lever les bras, contrairement à 2021 où il avait remporté une étape du Tour de Luxembourg : « Ce n’était pas une belle saison, j’ai commencé avec des ambitions plus élevées, au lieu de cela, j’ai commencé doucement jusqu’au Giro. Aussi parce qu’à mon avis j’ai trop couru, étant donné qu’à la fin mai j’avais déjà 60 jours de course. Ensuite, je ne veux pas le cacher, je ne suis plus aussi compétitif qu’il y a quelques années. Après le Giro, cependant, j’ai commencé à aller un peu mieux, je me suis mis à la disposition de Filippo Fiorelli et Luca Colnaghi, à qui j’ai essayé de transmettre toute mon expérience, et si vous les appelez, je pense qu’ils peuvent le confirmer. C’est aussi pour cette raison que j’ai pensé qu’ils me garderaient encore un an. Souvent, dans les courses les plus rapides, Fiorelli et moi devions nous débrouiller, donc obtenir des résultats n’était pas si facile. »

« Sans certitudes, je ne trouve pas la motivation pour m’entraîner »

Modolo s’est fixé la première semaine de décembre comme date butoir avant de quitter le cyclisme : « Sans certitudes, je ne trouve pas la motivation pour m’entraîner. Descendre au niveau continental ? Absolument pas. J’ai eu une belle carrière, je n’ai pas la moindre intention de continuer en vain. Aussi parce que je ne ferais que voler une place à un jeune coureur. Voyons maintenant si quelque chose se débloque dans les 10 prochains jours, sinon je me retirerai sans trop de problèmes. J’ai 35 ans, je savais que ce moment arriverait tôt ou tard. Rester dans le milieu ? Je ne pense pas, je n’ai pas l’intention d’être directeur sportif, car parmi les professionnels je n’aurais rien à enseigner. J’ai quelques projets en dehors du vélo, mais rien de concret pour l’instant. J’y penserai plus tard. »

Vous aimez Videosdecyclisme.fr ? Soutenez-le en faisant un don


Soyez le premier à commenter

Commenter

Votre e-mail ne sera pas publié.


*



Bloqueur de publicités détecté

Ce site existe seulement grâce aux publicités. Merci de désactiver votre bloqueur de publicités pour pouvoir poursuivre la lecture.

Refresh Page