Philippe Gilbert : « Il vaut mieux un événement sans spectateur que pas d’événement du tout »

Actuellement en stage avec son équipe dans les Vosges, Philippe Gilbert craint comme beaucoup que la reprise des compétitions soit perturbée par la crise épidémique, et que les courses soient annulées les unes après les autres. Le Belge, qui se dit prêt à respecter tous les protocoles à la lettre, ne serait pas contre l’organisation d’épreuves sans spectateurs, comme c’est actuellement le cas en Formule 1 :

« La formule 1 a repris sans spectateur, c’est vrai que ça fait un peu bizarre. Mais en attendant, il y a une course quand même. On sauve le principal. Il reste la télévision et les supports médiatiques pour suivre les événements. Si on arrive même uniquement à faire ça (en cyclisme), on aura sauvé l’essentiel. On aura montré un certain spectacle. Même si nous, on aime le contact avec le public. Il vaut mieux un événement sans spectateur, que pas d’événement du tout.

On ne sait pas vraiment comment cette fameuse reprise va se passer. L’UCI, les organisateurs, l’équipe ont mis en place pas mal de règles. Il faut respecter tous ces protocoles, afin d’être au départ des courses. En espérant qu’il y ait des courses. En voyant la situation actuelle et le nombre de personnes malades qui augmentent chaque jour, ça devient de nouveau inquiétant. » a-t-il confié à la RTBF.

Le Belge est également revenu sur l’organisation interne de l’équipe Lotto Soudal, qui s’est disloquée en plusieurs petits groupes :

« On fonctionne par « bulles ». On essaye de rester avec un groupe, toujours le même, avec le minimum de personnes. Ici en stage, on a un camion minuscule, on n’a que deux voitures avec nous, qu’un mécano, deux soigneurs… On évolue au minimum, presque comme une équipe continentale. On est réduit au minimum. Il y a deux tests obligatoires avant les événements. Ca fait partie du métier. C’est ça ou rien, on n’a pas le choix, on y va. »

Pas de championnat d’Europe pour Philippe Gilbert

Vous aimez Videosdecyclisme.fr ? Soutenez-le en faisant un don



Soyez le premier à commenter

Commenter

Votre e-mail ne sera pas publié.


*