Nathan Haas arrête sa carrière sur route pour se mettre au gravel

Nathan Haas – © Benoît Prieur / Wikimedia Commons

Non conservé par l’équipe Cofidis, Nathan Haas a décidé de mettre un terme à sa carrière sur route. L’Australien de 32 ans ne va pas arrêter de faire du vélo pour autant puisqu’il a décidé de se concentrer sur les courses de gravel.

Nathan Haas était passé professionnel en 2012 avec l’équipe Garmin – Barracuda (devenue aujourd’hui EF Education – NIPPO). Il avait ensuite rejoint Dimension Data en 2016, Katusha en 2018 et enfin Cofidis en 2020. Il compte 7 victoires à son palmarès, dont le Tour de Grande-Bretagne 2012, une étape du Tour de Burgos 2016 et une étape du Tour d’Oman 2018.

« J’ai adoré mon temps en tant que cycliste sur route, mais il est temps de tourner la page .Je me suis lancé dans quelques courses de gravel et j’ai remarqué une chose. C’était la première fois que j’étais nerveux depuis longtemps. Et qu’est-ce que ça dit ? Eh bien, ma carrière n’est pas terminée, elle a juste changé.

La chose dont je me suis senti le plus soulagé en juin/juillet de cette année a été de vouloir passer au monde du gravel. Cela signifiait que j’allais laisser l’école du cyclisme derrière moi et que j’allais reprendre le contrôle de toutes les choses de ma vie.

J’ai récemment eu un appel téléphonique avec mon partenaire vestimentaire pour l’année prochaine, Castelli, qui est tout à fait dans cette nouvelle aventure avec moi. J’ai travaillé avec Castelli pendant mes quatre premières années dans le WorldTour et après tant d’années d’absence, je suis tellement content d’être de retour avec eux. Nous sommes tous les deux tellement excités de sauter dans le monde du gravel car techniquement, il y a un espace énorme pour l’évolution et la créativité. Il n’y a pas de limites. Il y a de la place pour avoir des designs spéciaux toute l’année et rien ne nous retient. Ce sera pour le moins amusant.

J’annoncerai mon partenaire vélo très bientôt, et encore une fois, je suis plus qu’excité d’être aux commandes, de parler avec les sponsors et de décider avec quels partenaires il serait préférable de travailler pour la performance. Pas de compromis. Toutes les courses. Tout style. Oui, ce n’est pas une retraite. C’est un changement de discipline. Suivre les traces de mes coéquipiers et amis Pete Stetina et Ian Boswell en affrontant le gravel non seulement pour le plaisir, mais aussi pour la course. Cette année, j’étais aux Championnats du monde pour aider quelqu’un à essayer de gagner, et l’année prochaine, je serai là pour essayer de gagner moi-même.

Avoir la liberté de ne pas rouler pour les autres est incroyable. Lorsque vous avez un bon résultat, il vous appartient, aux côtés des partenaires et des personnes qui font partie de votre projet. Et inversement, quand c’est une mauvaise journée, c’est à cause de vous et de vous seul, mais vous ne devez d’explications qu’à vous-même. Et n’y a-t-il pas quelque chose de spécial là-dedans ? C’est une véritable appropriation de vos actions. » a-t-il rédigé sur le site Cyclingnews.

Vous aimez Videosdecyclisme.fr ? Soutenez-le en faisant un don



Soyez le premier à commenter

Commenter

Votre e-mail ne sera pas publié.


*