Chloe Dygert s’excuse pour son comportement sur les réseaux sociaux

Alors qu’elle vient à peine de signer un contrat avec l’équipe Canyon//SRAM, l’Américaine Chloe Dygert fait déjà parler d’elle… Mais pas dans le bon sens. Elle est en effet accusée d’avoir aimé des messages racistes et transphobes sur le réseau social Twitter.

L’Américaine a ensuite enlevé ses « likes » et a présenté ses excuses sur les réseaux sociaux :

« Le cyclisme devrait être pour tout le monde, indépendamment de la couleur, du sexe, de la sexualité ou de l’origine. Comme Canyon-SRAM Racing, je m’engage à promouvoir la diversité, l’inclusion et l’égalité dans le cyclisme et nos communautés au sens large. Je m’excuse auprès de ceux qui se sont sentis offensés ou blessés par ma conduite sur les réseaux sociaux. Je m’engage à continuer d’apprendre et de grandir en tant qu’athlète et en tant que personne. »

Sa nouvelle équipe Canyon//SRAM a également publié un message :

« Canyon-SRAM Racing et tous ses membres défendent un certain nombre de valeurs, y compris le traitement de toutes les personnes avec respect et dignité, quels que soient leur sexe, leur couleur, leurs préférences sexuelles ou leurs origines.

Notre équipe existe pour inspirer les gens, en particulier les femmes, à découvrir la beauté du cyclisme, des sorties pour le plaisir à la course pour gagner, et tout ce qui se trouve entre les deux.

Nous nous engageons à assurer une formation et un soutien réguliers pour nous assurer que tous les membres sont pleinement conscients et alignés sur les valeurs de notre équipe. Cela vaut pour tous les coureurs et également pour Chloé Dygert, qui dans une déclaration publique s’est volontairement engagée envers les valeurs de notre équipe. »

Il y a quelques semaines, son compatriote Quinn Simmons avait été suspendu par son équipe Trek – Segafredo pour son mauvais comportement sur les réseaux sociaux.

Vous aimez Videosdecyclisme.fr ? Soutenez-le en faisant un don



Soyez le premier à commenter

Commenter

Votre e-mail ne sera pas publié.


*